• Default
    • View 1
    • View 2
    • View 3
    • View 4
    • Titre 1
    • Titre 2
    • Chargement...
Articles similaires

Le projet de Loi de programmation sur la sécurité intérieure et le décret portant recensement de la population et de l'habitat, sont les deux points sur lesquels portait le point de presse d'après Conseil des ministres d'hier. Le ministre du Commerce, Porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté et ses collègues de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré et celui de l'Aménagement du territoire et de la Population, Adama Tiémoko Diarra étaient face à la presse au secrétariat général du gouvernement pour expliquer les contours de ces deux points Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile est intervenu, en premier, pour expliquer en quoi consiste le projet de Loi de programmation sur la sécurité intérieure. Cette loi qui s'étend sur la période 2017-2021 est une première dans notre pays en ce sens qu'elle est essentiellement basée sur la police, la protection civile, la gendarmerie et la garde nationale. Toujours selon Salif Traoré, l'élaboration de cette loi est partie du constat que les forces de sécurité n'étaient pas assez outillées pour faire leur travail. « Le manque d'effectifs et de moyens est décrié par tous. Pendant ce temps, le terrorisme, la criminalité transfrontalière, le grand banditisme et les conflits communautaires sont légion », a-t-il déploré. Il s'agit, selon le général Traoré, de mettre en place un nouveau type de forces de sécurité qui peut faire face à toutes ces formes de menaces. Pour ce faire, on été dégagées un certain nombre de pistes prioritaires au nombre desquelles, le renforcement des ressources humaines par le recrutement qui doit se faire de façon sélective ; la formation avec un accent particulier sur les spécificités du moment et des notions sur les droits de l'Homme, l'éthique et la déontologie. Il est aussi évidemment question de l'amélioration des conditions de vie et de travail de ces forces. Cela va de la construction de casernes, à l'équipement, en passant par la réalisation de logements et bureaux répondant aux normes requises. Pour tout cela, le gouvernement envisage d'investir 446 milliards de Fcfa sur les cinq ans à venir. Les questions des journalistes ont permis au ministre de revenir sur les efforts déjà fournis par le gouvernement, notamment avec la création des forces spéciales qui ont besoin d'être renforcées. Le général Salif Traoré est également revenu sur les efforts faits par le pays dans le cadre des initiatives sous-régionales comme le G5 Sahel afin de lutter contre la porosité des frontières, étant entendu que le terrorisme est un phénomène transfrontalier. Une autre question abordée lors du Conseil des ministres d'hier, est le décret régissant le recensement général de la population et de l'habitat. Le ministre de l'Aménagement du territoire et de la Population a expliqué qu'il s'agit de mettre à la disposition des décideurs, des indicateurs précis de développement. L'opération, qui se déroulera sur tout le territoire national, permettra entre autres de savoir le taux d'accès aux services sociaux de base (eau potable, santé, scolarisation). Les données issues de ce recensement permettent aussi de faire des projections et des planifications économiques. Adama Tiémoko Diarra précisera que cette mesure répond à une exigence légale de périodicité décennale qui vise à adapter le contenu aux nouvelles mutations institutionnelles et au nouveau découpage administratif. Etant donné que le dernier recensement remonte à 2009, la prochaine doit se tenir en 2019. L'opération coûtera 20 milliards Fcfa. Après ces interventions, le ministre Porte-parole du gouvernement s'est prononcé sur d'autres sujets relatifs à la vie de la nation à propos desquels le président de la République a donné des instructions fermes lors de ce Conseil des ministres. Il s'agit des résultats de son récent voyage en Arabie Saoudite et de la crise du football. Sur le premier sujet, Abdel Karim Konaté a rappelé les retombées de ce voyage historique : construction de la route Sévaré Gao, de l'aéroport de Kidal, d'un quatrième pont à Bamako, et d'un hôpital ultra-moderne dans la capitale. A ce niveau, il a indiqué que le président Keïta a instruit au Premier ministre et à tous les ministres de s'investir de façon énergique dans la réalisation de ces grands chantiers. Car, il est une chose d'avoir de l'aide et une autre est de se battre pour montrer à son partenaire que l'on est soit même mobilisé. Sur la question de la crise du football, Abdel Karim Konaté a indiqué que le gouvernement, avec, à sa tête, le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga, a ouvert un dialogue national qui a réuni, pour la première fois, autour de la même table, tous les protagonistes de la crise. Cela est une première depuis que la crise a commencé. Il se réjouit déjà des premiers résultats obtenus alors que se poursuivent encore les discussions. Lougaye ALMOULOUD

Le projet de Loi de programmation sur la sécurité intérieure et le décret portant recensement de la population et de l'habitat, sont les deux points sur lesquels portait le point de presse [...]
Accompagné de quelques membres de son cabinet, le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra a rendu, mardi, une visite de courtoisie à trois centrales syndicales et une chambre consulaire. Objectif : [...]
  • 0
  • 0
  • 0

    Le projet de Loi de programmation sur la sécurité intérieure et le décret portant recensement de la population et de l'habitat, sont les deux points sur lesquels portait le point de presse d'après Conseil des ministres d'hier. Le ministre du Commerce, Porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté et ses collègues de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré et celui de l'Aménagement du territoire et de la Population, Adama Tiémoko Diarra étaient face à la presse au secrétariat général du gouvernement pour expliquer les contours de ces deux points Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile est intervenu, en premier, pour expliquer en quoi consiste le projet de Loi de programmation sur la sécurité intérieure. Cette loi qui s'étend sur la période 2017-2021 est une première dans notre pays en ce sens qu'elle est essentiellement basée sur la police, la protection civile, la gendarmerie et la garde nationale. Toujours selon Salif Traoré, l'élaboration de cette loi est partie du constat que les forces de sécurité n'étaient pas assez outillées pour faire leur travail. « Le manque d'effectifs et de moyens est décrié par tous. Pendant ce temps, le terrorisme, la criminalité transfrontalière, le grand banditisme et les conflits communautaires sont légion », a-t-il déploré. Il s'agit, selon le général Traoré, de mettre en place un nouveau type de forces de sécurité qui peut faire face à toutes ces formes de menaces. Pour ce faire, on été dégagées un certain nombre de pistes prioritaires au nombre desquelles, le renforcement des ressources humaines par le recrutement qui doit se faire de façon sélective ; la formation avec un accent particulier sur les spécificités du moment et des notions sur les droits de l'Homme, l'éthique et la déontologie. Il est aussi évidemment question de l'amélioration des conditions de vie et de travail de ces forces. Cela va de la construction de casernes, à l'équipement, en passant par la réalisation de logements et bureaux répondant aux normes requises. Pour tout cela, le gouvernement envisage d'investir 446 milliards de Fcfa sur les cinq ans à venir. Les questions des journalistes ont permis au ministre de revenir sur les efforts déjà fournis par le gouvernement, notamment avec la création des forces spéciales qui ont besoin d'être renforcées. Le général Salif Traoré est également revenu sur les efforts faits par le pays dans le cadre des initiatives sous-régionales comme le G5 Sahel afin de lutter contre la porosité des frontières, étant entendu que le terrorisme est un phénomène transfrontalier. Une autre question abordée lors du Conseil des ministres d'hier, est le décret régissant le recensement général de la population et de l'habitat. Le ministre de l'Aménagement du territoire et de la Population a expliqué qu'il s'agit de mettre à la disposition des décideurs, des indicateurs précis de développement. L'opération, qui se déroulera sur tout le territoire national, permettra entre autres de savoir le taux d'accès aux services sociaux de base (eau potable, santé, scolarisation). Les données issues de ce recensement permettent aussi de faire des projections et des planifications économiques. Adama Tiémoko Diarra précisera que cette mesure répond à une exigence légale de périodicité décennale qui vise à adapter le contenu aux nouvelles mutations institutionnelles et au nouveau découpage administratif. Etant donné que le dernier recensement remonte à 2009, la prochaine doit se tenir en 2019. L'opération coûtera 20 milliards Fcfa. Après ces interventions, le ministre Porte-parole du gouvernement s'est prononcé sur d'autres sujets relatifs à la vie de la nation à propos desquels le président de la République a donné des instructions fermes lors de ce Conseil des ministres. Il s'agit des résultats de son récent voyage en Arabie Saoudite et de la crise du football. Sur le premier sujet, Abdel Karim Konaté a rappelé les retombées de ce voyage historique : construction de la route Sévaré Gao, de l'aéroport de Kidal, d'un quatrième pont à Bamako, et d'un hôpital ultra-moderne dans la capitale. A ce niveau, il a indiqué que le président Keïta a instruit au Premier ministre et à tous les ministres de s'investir de façon énergique dans la réalisation de ces grands chantiers. Car, il est une chose d'avoir de l'aide et une autre est de se battre pour montrer à son partenaire que l'on est soit même mobilisé. Sur la question de la crise du football, Abdel Karim Konaté a indiqué que le gouvernement, avec, à sa tête, le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga, a ouvert un dialogue national qui a réuni, pour la première fois, autour de la même table, tous les protagonistes de la crise. Cela est une première depuis que la crise a commencé. Il se réjouit déjà des premiers résultats obtenus alors que se poursuivent encore les discussions. Lougaye ALMOULOUD

    Le projet de Loi de programmation sur la sécurité intérieure et le décret portant recensement de la population et de l'habitat, sont les deux points sur lesquels portait le point de presse [...]
    Accompagné de quelques membres de son cabinet, le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra a rendu, mardi, une visite de courtoisie à trois centrales syndicales et une chambre consulaire. Objectif : [...]
    • 0
    • 0
    • 0

      Le projet de Loi de programmation sur la sécurité intérieure et le décret portant recensement de la population et de l'habitat, sont les deux points sur lesquels portait le point de presse d'après Conseil des ministres d'hier. Le ministre du Commerce, Porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté et ses collègues de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré et celui de l'Aménagement du territoire et de la Population, Adama Tiémoko Diarra étaient face à la presse au secrétariat général du gouvernement pour expliquer les contours de ces deux points Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile est intervenu, en premier, pour expliquer en quoi consiste le projet de Loi de programmation sur la sécurité intérieure. Cette loi qui s'étend sur la période 2017-2021 est une première dans notre pays en ce sens qu'elle est essentiellement basée sur la police, la protection civile, la gendarmerie et la garde nationale. Toujours selon Salif Traoré, l'élaboration de cette loi est partie du constat que les forces de sécurité n'étaient pas assez outillées pour faire leur travail. « Le manque d'effectifs et de moyens est décrié par tous. Pendant ce temps, le terrorisme, la criminalité transfrontalière, le grand banditisme et les conflits communautaires sont légion », a-t-il déploré. Il s'agit, selon le général Traoré, de mettre en place un nouveau type de forces de sécurité qui peut faire face à toutes ces formes de menaces. Pour ce faire, on été dégagées un certain nombre de pistes prioritaires au nombre desquelles, le renforcement des ressources humaines par le recrutement qui doit se faire de façon sélective ; la formation avec un accent particulier sur les spécificités du moment et des notions sur les droits de l'Homme, l'éthique et la déontologie. Il est aussi évidemment question de l'amélioration des conditions de vie et de travail de ces forces. Cela va de la construction de casernes, à l'équipement, en passant par la réalisation de logements et bureaux répondant aux normes requises. Pour tout cela, le gouvernement envisage d'investir 446 milliards de Fcfa sur les cinq ans à venir. Les questions des journalistes ont permis au ministre de revenir sur les efforts déjà fournis par le gouvernement, notamment avec la création des forces spéciales qui ont besoin d'être renforcées. Le général Salif Traoré est également revenu sur les efforts faits par le pays dans le cadre des initiatives sous-régionales comme le G5 Sahel afin de lutter contre la porosité des frontières, étant entendu que le terrorisme est un phénomène transfrontalier. Une autre question abordée lors du Conseil des ministres d'hier, est le décret régissant le recensement général de la population et de l'habitat. Le ministre de l'Aménagement du territoire et de la Population a expliqué qu'il s'agit de mettre à la disposition des décideurs, des indicateurs précis de développement. L'opération, qui se déroulera sur tout le territoire national, permettra entre autres de savoir le taux d'accès aux services sociaux de base (eau potable, santé, scolarisation). Les données issues de ce recensement permettent aussi de faire des projections et des planifications économiques. Adama Tiémoko Diarra précisera que cette mesure répond à une exigence légale de périodicité décennale qui vise à adapter le contenu aux nouvelles mutations institutionnelles et au nouveau découpage administratif. Etant donné que le dernier recensement remonte à 2009, la prochaine doit se tenir en 2019. L'opération coûtera 20 milliards Fcfa. Après ces interventions, le ministre Porte-parole du gouvernement s'est prononcé sur d'autres sujets relatifs à la vie de la nation à propos desquels le président de la République a donné des instructions fermes lors de ce Conseil des ministres. Il s'agit des résultats de son récent voyage en Arabie Saoudite et de la crise du football. Sur le premier sujet, Abdel Karim Konaté a rappelé les retombées de ce voyage historique : construction de la route Sévaré Gao, de l'aéroport de Kidal, d'un quatrième pont à Bamako, et d'un hôpital ultra-moderne dans la capitale. A ce niveau, il a indiqué que le président Keïta a instruit au Premier ministre et à tous les ministres de s'investir de façon énergique dans la réalisation de ces grands chantiers. Car, il est une chose d'avoir de l'aide et une autre est de se battre pour montrer à son partenaire que l'on est soit même mobilisé. Sur la question de la crise du football, Abdel Karim Konaté a indiqué que le gouvernement, avec, à sa tête, le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga, a ouvert un dialogue national qui a réuni, pour la première fois, autour de la même table, tous les protagonistes de la crise. Cela est une première depuis que la crise a commencé. Il se réjouit déjà des premiers résultats obtenus alors que se poursuivent encore les discussions. Lougaye ALMOULOUD

      Le projet de Loi de programmation sur la sécurité intérieure et le décret portant recensement de la population et de l'habitat, sont les deux points sur lesquels portait le point de presse [...]
      Accompagné de quelques membres de son cabinet, le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra a rendu, mardi, une visite de courtoisie à trois centrales syndicales et une chambre consulaire. Objectif : [...]
      • 0
      • 0
      • 0
        Articles tendances sur ce thème
        25173 Niooz  |  72 abonnés
        Dernières Collections